Greenethiquette - Un engagement pour des usages des NTIC éco-responsables

Le rendement des ressources informatiques

 

De quoi s'agit-il ? S’assurer que la puissance informatique est utilisée à son plein potentiel

 

Les enjeux ? Un serveur consomme quasiment autant lorsqu’il est utilisé à 15% qu’à 80% de ses possibilités. Or, la consommation moyenne des serveurs aujourd’hui se situe plutôt aux alentours de 15% ! Ceci est notamment lié au fait que la plupart des serveurs sont dédiés à une et une seule application, et qu'ils ont été dimensionnés pour gérer les pics d'utilisation. Désormais, avec des solutions logicielles comme la virtualisation, il est possible de maximiser le rendement des équipements informatiques. Les gains potentiels en termes d'économie d'énergie sont énormes, puisqu'ils peuvent aller jusqu'à 65% ! 

L’engagement de la greenethiquette

Utilisation de l'informatique
L'élément de mesure le plus simple pour mesurer le rendement est le taux d'occupation des serveurs. Ce taux n'a pas d'intérêt dans l'absolu, car il dépend du type d'application, du type de serveur utilisé, ou encore des contraintes de l'application qui peut dans certains cas disqualifier certaines approches de mutualisation comme la virtualisation. Mais, c'est un élément de mesure objectif, qui permet en outre de suivre les progrès effectués au fil du temps pour un contexte donné.

Greenethiquette impose donc une règle de transparence au fournisseur du service hébergé vis à vis de son client. Il doit lui fournir de manière régulière les informations relatives aux taux d’occupation des serveurs physiques ou virtuels utilisés pour héberger chaque application.

Par ailleurs, Greenethiquette engage clients et fournisseurs de services hébergés à rechercher ensemble les meilleures solutions pour améliorer le rendement des équipements. Par exemple, pour des serveurs dont les taux d'occupation moyens sont faibles, la virtualisation est une solution qui peut diminuer drastiquement l'impact écologique d'un service hébergé. S'orienter vers ce type de solution ne peut être un choix unilatéral de la part du fournisseur de services hébergés, et peut avoir des conséquences sur le contrat de service qui lie client et fournisseur ==> Clients et fournisseurs doivent donc envisager ensemble d'adopter ce type de solution dès le début d'un projet, ou bien dans une démarche d'amélioration continue.

Enfin, et même s'il n'existe pas encore d'élément de mesure objectif pour en évaluer clairement les impacts, clients et fournisseurs doivent considérer le rendement énergétique des ressources qu'ils utilisent. Maintenant que l'efficacité énergétique est devenu un élément clé de tout équipement high tech, l'innovation s'est mise en marche, et on voit donc apparaitre régulièrement des nouvelles voies d'amélioration (par exemple au niveau du stockage, des logiciels, des méthodes de programmation, etc.). Greenethiquette doit donc catalyser l'amélioration continue en la matière.

 

Pour une utilisation adaptée des serveurs

Il est possible aujourd’hui de virtualiser les serveurs et de les affecter en mode juste à temps aux ressources physiques disponibles. On peut ainsi parfois diviser par 6 ou 7 le nombre de serveurs nécessaires par une utilisation adaptée de la virtualisation. Cet engagement permet de connaitre le taux d’occupation moyen des serveurs et met ainsi en évidence les pistes d’amélioration.

Plus généralement, on voit apparaitre des solutions permettant de maximiser les rendements des ressources informatiques :

- dans le domaine du matériel, les avancées permettent de diminuer la consommation des équipements lorsqu'ils ne sont pas à 100% de leur utilisation, ou lorsque certaines ressources sont en sommeil.

- dans le domaine du logiciel, les avancées permettent d'éviter de gérer des ressources redondantes (pour le stockage par exemple), de diminuer les besoins en ressources pour stocker l'information (compression et mode de stockage des données, etc.).