Greenethiquette - Un engagement pour des usages des NTIC éco-responsables

Comprendre

L’impact croissant des NTIC sur l’environnement

L’impact des NTIC sur l’environnement est significatif (2% des émissions totales), et cet impact croit de manière soutenue du fait de l’explosion de la demande.

Si la croissance de consommation observée ces dernières années se poursuivait, la consommation électrique d’un data center serait multipliée par 1600 dans les vingt prochaines années  (Gartner).

Les initiatives pour limiter l'empreinte écologique des Nouvelles Technologies de l'Information et des Communications (NTIC) existent mais elles dépendent essentiellement de la bonne volonté de ceux qui vendent ou achètent l’infrastructure informatique (constructeurs d’ordinateurs, hébergeurs, responsables des achats d’ordinateurs), ceux qui la consomment étant très peu impliqués voire même informés des enjeux.


Pourtant, cette inflation à la consommation se décline concrètement du côté des usages : par exemple, un avatar second life aurait un impact moyen identique en termes d’émission de CO2 qu’un citoyen brésilien (source : Nicolas Carr).

 

L’explosion de la demande d’applications à la demande (SaaS, ou Software as a Service) ou « dans les nuages » (cloud computing) impose une vigilance toute particulière : dès lors que les infrastructures sont externalisées, le risque est que leur impact énergétique soit négligé par les usagers.

Bien que considérant pour 70% d'entre eux que la réduction de leur empreinte écologique est très importante, seulement 25% des acteurs de l'Internet et de l'e-Commerce estiment avoir engagé un plan d'action significatif en termes d'éco-responsabilité (source : étude Thinkecological/Rackable Systems).

 

 

Les initiatives green : Greenethiquette comble un vide

Greenethiquette est le premier code de conduite destiné aux consommateurs de service hébergés. Il leur donne le pouvoir d'agir et d'engager leurs prestataires vers plus d'éco-responsabilité.

 

Bien qu'apportant des réductions de coût d'usage, la mise en œuvre d'infrastructures et de bonnes pratiques éco-responsables demande un investissement conséquent de la part de fournisseurs de services hébergés, que ceux-ci sont naturellement tentés de repousser. En l'absence de réglementations, les clients de ces fournisseurs sont aujourd'hui les mieux placés pour changer les choses.